Travaux de rénovation : 10 conseils à suivre pour éviter les mauvaises surprises

0
124

Avoir sa propre maison, c’est une affaire de prise de précautions. Cela passe par la signature d’un contrat entre les deux parties validant les clauses des discussions. Mais, lorsque vous devez faire des travaux sur votre acquisition, c’est encore plus sensible. Le projet n’est pas à prendre à la légère. Il est question de reconversion des aptitudes et d’utilisation des compétences de tous, que ce soit un professionnel ou un particulier. Tout le travail se résume à la mise en pratique de certains conseils. Ces derniers vous sont fournis dans cet article.

Avoir son projet

Pour rénover sa maison, il faut avoir pris les dispositions requises. Avant tout, le travail obéit à la connaissance et la maitrise des différents besoins qu’il faut combler au niveau de l’infrastructure. Vous avez à considérer votre budget. Ce que vous vous permettez de faire est une mise en adéquation des moyens de bord vis-à-vis de vos exigences en termes de travaux.

Peu importe le projet que vous voulez mettre sur pied, avant même que les prestataires ou vos collaborateurs ne mettent en branle leurs moyens, il faut que vous qui êtes initiateur du projet ayez une idée claire et précise de ce que vous voulez, du produit final auquel vous vous attendez.

Tout ceci peut en fait être consigné dans un cahier de notes ou un fichier. Ce document est en quelque sorte votre témoin tout au long de l’avancée des travaux. Il doit exister bien avant que vous ne fassiez appel aux autres.

Concevoir un cahier des charges précis

Le cahier de charges vous permet d’établir des critères ou des standards de mesure de l’évolution des travaux. Si à votre niveau, vous avez des informations précises sur le projet, le travailleur ou le prestataire sait ce qu’il peut faire pour vous convenir.

En réalité, il est facile à travers un tel processus d’obtenir un produit fini identique à votre rêve. Au cas contraire, le prestataire n’aura qu’à réaliser ce qu’il pense que vous voulez. Dans ce cas, vous pouvez vous attendre à une approximation. Or, il est à reconnaitre qu’il s’agit de votre habitation. Si vous ne vous y sentez pas comme il faut chez vous, vous ne pourrez pas profiter de votre acquisition ou des travaux. D’où la réalisation du cahier des charges est une obligation rigoureuse !

Avoir un devis

Tout travail sur l’immobilier nécessite un devis simple que vous pourriez avoir de la main d’une agence professionnelle. Il suffit de vous rendre sur le site www.abctravaux.org. Une équipe d’experts compétents se tient à votre disposiition à tout moment. Si possible, vous pourrez les inviter pour vous offrir des services de qualité. En quelques tours de main, ils vous rendront une maison bien neuve.

Le devis est ce qui conditionne votre budget et les dépenses en général sur le chantier. Avec un devis respectant le prix normal, vous n’aurez pas à faire de faux plans. Cela risque de vous coûter assez cher si vous visitez des structures ayant un personnel nombreux à gérer. Si ce sont des amateurs, vous aurez un coût moindre, mais un service raté.

Profiter des options de financement

Il est important de rechercher les possibilités de financement qui existent pour vous. Dans certaines régions du monde, des financements sont mis à disposition de ceux qui suivent la politique du gouvernement en place. Vous avez aussi à prendre en compte le soutien de la famille ou à faire les travaux sur fonds propres.

  • Les financements publics: par exemple, vous aurez un fonds de base de financement de votre projet en Europe si vous êtes dans la logique de réalisation d’une politique écologique. Dans chaque continent ou chaque région, suivant le projet à concrétiser, il y a des moyens de bénéficier des fonds existants. Il vous revient de faire le tour de la question pour trouver au pire des cas une réduction du prix des travaux. Les financements publics sont des dispositifs qui arrangent la population. Ils existent partout.
  • Le financement familial: cela ne concerne pas directement la famille de l’initiateur du projet. Il ne s’agit pas d’avoir un héritage dont on pourrait profiter. C’est une manière de gérer entre connaissances ou membres d’un réseau le financement de la rénovation de la maison. C’est un moyen pratique de se tourner vers les autres, d’avoir des informations, voire des sous grâce à eux.
  • Le financement personnel : s’il est dit qu’il vous faut le financement personnel, c’est sous-entendu que ce sont vos propres sous qui vont servir à payer les artisans, le chef chantier et autres personnes sur le chantier. Vous avez à vous référer à votre banque si vous avez un compte bancaire bien fourni.

Situer les fonctions

Une fois que le financement est déjà sur pied, il ne vous reste qu’à penser à situer les responsabilités. Chacun doit avoir son poste et le connaitre. Lorsque les rôles s’entremêlent sur un chantier, il devient difficile de travailler. Ainsi, vous devez clairement faire connaitre les ouvriers, le maitre de chantier, le superviseur ou contrôleur.

  • Les ouvriers: ils sont censés exécuter les ordres qu’on leur donne. Ce sont en quelque sorte les bras armés sur le chantier. Ils font le gros du boulot sous les ordres du maitre de chantier.
  • Le maître de chantier: c’est à lui que revient la tâche de fédérer les énergies. Il règle aussi les conflits lorsqu’il y en a. Il est l’intermédiaire entre les ouvriers et l’architecte du chantier au cas où vous en invitez pour vous aider.
  • Le superviseur: c’est l’individu qui suit le cours des travaux. Il vous interpelle lorsqu’il y a une évolution lente des travaux, en désaccord avec le planning que vous avez approuvé ou adopté.  

Rester réaliste

Tout en exigeant des prestataires un travail rigoureux, vite et bien fait, il ne faut pas oublier qu’il leur faut un calendrier réaliste. Selon votre cahier des charges, il doit y avoir une durée standard des travaux sur le chantier. C’est ce qui vous permet de savoir ce qui évolue, comment cela évolue-t-il ?  

Ce calendrier doit convenir à la réalité. Vous ne devez pas en demander plus qu’il ne faut à ceux qui sont en train de travailler pour vous. Dans cet état d’esprit, vous ne serez pas tôt déçu. Ce que vous allez réaliser comme planning doit être mis dès le début de la collaboration entre les mains de vos collaborateurs.

Lorsque vous respectez comme il faut ces principes, que ce soit un travail avec des professionnels ou des amateurs, il y a des clauses claires pour votre collaboration. Il n’y a alors pas de mécompréhension importante ; les bases ayant été bien réfléchies.

Faire confiance à des professionnels

Pour des travaux de rénovation de bonne qualité, il faut toujours compter sur des professionnels. C’est un accès facile à la qualité avec une garantie considérable. Dans ce cas de figure, vous dépensez ce qu’il faut pour avoir le meilleur ouvrage dans votre habitation.

Pour le recrutement d’un prestataire pour la durée des travaux, il faut faire des enquêtes. C’est dire que vous devez fouiller du côté des anciens clients des agences, histoire d’écarter les moins performantes. Pour ce qui est de la gestion post-collaboration, elle est à considérer. Lorsqu’une entreprise qui se respecte travaille pour vous, elle garde le contact à la fin. Ceci vous permet de l’aider à vous venir en aide au besoin pour d’autres travaux ou des réglages sur ceux précédemment exécutés.  

Prendre en compte les travaux extra

En dehors des travaux que vous devez normalement réaliser sur le chantier, n’omettez pas de prendre en compte les travaux extra. Ce sont les travaux qui finissent par se découvrir au fil de l’évolution du chantier. Vous êtes obligé de faire un devis avec les imprévus. Si vous êtes en partenariat avec une agence sérieuse, ce sera plus simple. Vous pourrez bénéficier d’un service extra pour les travaux extra. Même après la collaboration concernée, elle enverra des ouvriers sur votre demande pour vous secourir au besoin.

Préparer un espace convenable aux travaux de l’entreprise

En fait, à partir du moment où vous invitez des personnes chez vous, il faut réunir toutes les conditions de travail. Cela se concentre en la création d’un espace propice. Vous devez par exemple pour la peinture mettre vos affaires dans une autre chambre en attendant que le salon ne soit entièrement peint.

Le cas le plus récurrent est celui qui crée le conflit entre l’agence prestataire et le client lorsque le parquet par exemple ou le mobilier est sali. En réalité, il n’est pas du ressort des travailleurs de toucher vos affaires. S’ils le font, leur employeur s’en prendra à eux. À vous de faire le minimum pour qu’ils soient à l’aise pour travailler sans que les autorités par exemple ne les interrompent !

Prendre des dispositions légales

La première disposition légale à prendre consiste à demander une autorisation de travail sur le chantier avant d’engager les travaux. Cela vous protège de toutes les répercussions sociales comme les plaintes des voisins. Cette disposition n’est toutefois pas obligatoire si les travaux ne concernent que la pose d’un plancher ou d’un plafond. C’est une donnée à prendre en compte pour ne pas vous faire racketter par les autorités locales.  

En dehors de cela, il faut aussi souscrire à une assurance dommages-ouvrage. Une telle initiative doit être prise avant le démarrage du chantier. Il vous faut à ce niveau faire des recherches en comparant les offres disponibles. C’est à cette seule condition que vous pourrez souscrire à votre assurance auprès de la compagnie la plus crédible. Il est à notifier que vous devez inscrire dans le contrat tous les défauts de l’ouvrage. Ainsi, il n’y aura pas de litige à la fin des travaux.

PARTAGER
Nathalie
Femme au foyer et mère de 2 enfants, je passe mon temps à entretenir ma maison, et à la décorer. Retrouvez donc sur mon blog tous les conseils utiles pour avoir un beau chez-soi !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here