Rénovation de maison : comment réussir la pose d’un parquet ?

0
612

Les planchers en bois apportent une indéniable touche de convivialité et de modernité à votre intérieur. Ces revêtements de sol se révèlent très isolants et restent durablement en place. Vous trouverez différents modèles très esthétiques et attractifs sur le marché. Ils permettent de décorer vos pièces de manière originale. Mieux, vous pouvez les installer personnellement. Découvrez les prérequis de la pose d’un parquet et les astuces pour réussir cette tâche.

Les différentes techniques de pose d’un parquet

Trois méthodes distinctes existent pour installer un plancher en bois. Vous devez les connaître pour prévoir tous les matériels requis.

  • La pose cloutée reste une tâche assez complexe et délicate pour les bricoleurs peu expérimentés. Elle consiste à immobiliser au sol des lambourdes avec du plâtre ou du ciment selon une configuration bien précise. Cela implique un espace de 30 à 40 cm entre chaque lame. Vous devez également vous assurer de les garder au même niveau. Pour réussir cette installation, vous devez prévoir des pointes plates ou à tête d’homme. Vous aurez aussi besoin d’un cloueur, d’un chasse-clou, d’un pistolet pneumatique. Cela vous permettra de gagner du temps et de préserver vos lames. Cette technique reste assez compliquée à mettre en œuvre.
  • Quant à la pose collée, nous la recommandons sur une chape flottante ou rapportée. Elle s’applique aussi au béton surfacé. Elle s’impose pratiquement au niveau d’un plancher chauffant. Dans ce cas, vous exploitez du liège pour la création de la sous-couche. Les travaux exigent de la glu pour parquet. Vous aurez également besoin d’une spatule crantée ou dentelée.
  • La pose flottante demeure la technique la plus simple et la plus facile à mettre en œuvre. Elle ne nécessite aucune connaissance basique. Tous les bricoleurs peuvent réussir ce type d’installation. La plupart des ménages optent pour ce revêtement de sol lors de la rénovation de leur maison. Cela s’explique par ses multiples atouts. Il convient à tous les supports. Il s’adapte parfaitement au béton, au plancher, au carrelage ou à la moquette rase. La pose s’effectue à l’aide d’une simple barre d’assemblage. Celle-ci permet notamment de caler d’immobilier les lames avec précision. Vous n’aurez donc pas besoin de clou ou de colle pour les travaux. Pour trouver rapidement un parquet flottant de qualité, rendez-vous sur une plateforme spécialisée comme Parquet Chouette. Le site propose une large gamme de modèles très magnifiques qui vous aideront à aménager vos intérieurs de manière originale. Vous pouvez aussi y acquérir des parquets massifs et contrecollés ainsi que des sols stratifiés et des dalles en PVC.

Les parquets flottants se mettent en place très facilement et vous réalisez des économies en gérant personnellement l’installation.

Les prérequis de l’installation

La pose d’un parquet requiert une phase préparatoire. À cette étape, vous aplanissez entièrement la surface concernée. Exploitez un outil adapté pour vous en assurer. Nettoyez toute la superficie pour la rendre propre et sèche. Utilisez une sonde hydrométrique pour contrôler le taux d’humidité du sol. Celui-ci ne doit pas excéder 3 % pour un bon déroulement des travaux. Nous vous recommandons d’entreposer vos parquets dans la pièce concernée avant le lancement de l’installation proprement. Ne les déballez qu’au moment de la mise en place. Cette tâche exige une grande endurance. Vous devez rester accroupi durant de nombreuses heures. Cette posture peu confortable ne doit pas vous empêcher de travailler avec rigueur, minutie et attention. Vous devrez également vous montrer patient pour bien disposer les lames. N’oubliez surtout pas de prévoir tous les outils requis pour la réussite de la pose. Vous aurez notamment besoin d’une cale pour la frappe, d’un maillet, d’un tire-lame, d’une scie sauteuse, d’une guillotine, d’une équerre, d’un mètre, d’un crayon et d’un niveau à bulle. Ces matériaux se révèleront utiles pour la découpe des plaques, pour la prise de mesure et pour la pose. Nous vous recommandons aussi de porter des équipements de protection lors de l’installation. Mettez un masque pour éviter de respirer la poussière. Prévoyez également des gants, des lunettes et des vêtements de travail.

La technique de la pose flottante

Nous démarrons par celle-ci parce qu’elle reste la plus simple et la plus facile à mettre en œuvre. Cette méthode prône la désolidarisation du parquet du support sur lequel il se trouve. Elle n’implique donc aucun solivage. Toutefois, vous devez absolument veiller à la stabilité et à la durabilité de votre revêtement. Les parquets flottants embarquent déjà des clips entre les lames. Cela vous simplifie grandement la tâche. Vous disposez chaque plaque de manière à la glisser facilement dans la précédente. Généralement, vous entendez un cliquetis lorsque vous y parvenez.

La pose doit s’effectuer à 90 ° de vos fenêtres pour un résultat esthétique. Cela camoufle parfaitement les raccordements. Cela vous permet d’obtenir un revêtement de sol moderne et remarquable. Commencez toujours l’agencement par les recoins et exploitez des cales de 8 mm contre les murs. Installez-les à environ 30 cm sur toute la longueur de chaque support. Vous ne les retirez qu’après la pose pour fixer les plinthes. Cela peut s’effectuer à l’aide de colle ou de clou. Procédez par rangées successives pour vérifier aisément l’alignement. Pour la pose flottante, vous n’avez pas forcément besoin de sous-couche. Vous pouvez vous en passer pour limiter vos dépenses. Les différentes étapes de l’installation se présentent comme ci-dessous.

  • À la première phase, vous mettez en place le film polyane et la sous-couche. Utilisez une équerre pour contrôler le niveau. Cela vous permet aussi de déterminer le sens de la pose du parquet flottant.
  • Ensuite, vous commencez à fixer délicatement vos lames. Restez attentif au fameux cliquetis de connexion et vérifiez chaque fois la tenue. Servez-vous de votre scie sauteuse pour ajuster les plaques au niveau des huisseries et des obstacles. Cet outil permet également de leur conférer la forme souhaitée pour qu’elles se positionnent idéalement et aisément. Procédez par rangée et en ligne pour obtenir un rendu véritablement esthétique.
  • À la dernière phase, vous vous occupez des finitions du plancher flottant. Vous fixez les plinthes et les barres de seuil. Vous pouvez exploiter des clous ou de la colle pour cette tâche.

Pour un rendu magnifique et très décoratif, nous vous recommandons de bien prendre les mesures et savoir bien manier votre scie sauteuse. Vous trouverez de nombreux tutoriels sur internet qui montrent des astuces pour y parvenir aisément. Nous conseillons aussi vivement l’usage d’une sous-couche. Cela permet de mieux stabiliser et isoler votre parquet flottant.

La technique de la pose cloutée

Cette méthode exige une grande attention. La plupart des bricoleurs préfèrent s’en remettre à un professionnel pour exécuter cette installation. Néanmoins, vous y parvenez avec un peu de courage et de détermination.

  • À la première étape, vous disposez vos lambourdes perpendiculairement à votre future pose de parquet. Espacez-les de 30 à 40 cm. Elles doivent se situer à équidistance l’une de l’autre. Assurez-vous qu’elles n’excèdent pas le niveau du seuil de la porte.
  • Ensuite, vous stabilisez solidement ces poteaux sur le sol. Cela s’effectue à l’aide du plâtre ou du ciment. Vous avez aussi la possibilité d’utiliser des cales en bois pour les fixer correctement et durablement.
  • La pose du parquet commence toujours au niveau de l’extrémité d’un mur. Vous procédez par rangée. Servez d’une règle et d’une équerre pour bien effectuer les ajustements. Nous vous recommandons de prévoir systématiquement un joint de dilatation entre le mur et les lames. Pour vous simplifier la tâche, exploitez des cales de bois provisoires. Vous les fixez convenablement à l’aide d’un clou.
  • Après la mise en place des lambourdes, vous y stabilisez les plaques à l’aide des pointes plates ou à tête d’homme. Servez-vous d’un chasse-clou pour bien les enfoncer. Vous devez réussir à incruster solidement les lames les unes dans les autres. Pour moins fournir d’efforts, vous pouvez utiliser un pistolet pneumatique. Cet équipement reste disponible en location. L’installation doit s’effectuer de manière progressive et minutieuse. Nous vous recommandons de clouer systématiquement chaque rang de plaques. Disposez les pointes de manière à obtenir une certaine harmonie visuelle. Tout au long des travaux, vérifiez périodiquement l’emplacement des lambourdes par rapport au seuil.
  • À la dernière phase, vous récupérez les cales en bois préalablement insérés dans vos joints de dilatation. En lieu et place, vous clouez systématiquement des plinthes. Celles-ci doivent idéalement se situer à 1 ou 2 mm au-dessus du parquet.

La pose cloutée exige une grande précision. Vous devez bien prendre les mesures pour obtenir un rendu parfait. La plupart des clients préfèrent confier cette tâche à un professionnel pour un résultat impeccable.

La technique de la pose collée

Elle s’applique surtout pour l’installation des parquets massifs et contrecollés. Cette méthode reste très répandue parce qu’elle garantit un rendu esthétique. Elle permet d’obtenir un plancher confortable, pérenne et durable. Nous la déconseillons systématiquement sur les sols chauffants et réfrigérants. En effet, la présence de vides d’air pourrait générer une grande condensation. Cela risquerait d’accélérer le détachement des lames. Nous recommandons ce revêtement au niveau des sols entièrement lisses. Vous éviterez ainsi de gaspiller de la colle. La mise en place d’un primaire reste indispensable avant le ragréage. Cela favorise une excellente adhésion des plaques sur le support.

  • La première étape concerne la préparation du plancher. Vous devez absolument réussir cette phase pour prévenir toute dégradation rapide du bois. Nous vous recommandons de bien aplanir le sol sur toute la superficie pour un rendu impeccable. Cela permet d’empêcher le grincement ou le détachement précoce des plaques. Prenez la peine de bien lisser toute la surface concernée pour que le parquet puisse y adhérer facilement. Cela réduira considérablement la quantité de colle que vous utiliserez. Travaillez sur un sol bien asséché. En effet, le bois déteste l’humidité. De même, celle-ci ne favorise pas une fixation durable des lames. Une superficie homogène reste aussi indispensable pour la réussite de la pose. Elle garantit un résultat tout simplement magnifique. Nous recommandons systématiquement la mise en place d’un primaire pour un rendu exceptionnel.
  • À la seconde étape, vous préparez l’installation proprement dite. Concrètement, vous entreposez les lames à coller dans la pièce concernée au moins une semaine avant leur pose. Cela leur permet de s’acclimater. Elles s’adaptent au taux d’humidité. Cela limitera les déformations. Vous devez aussi les désemballer pour trier les plaques. Vous mettez d’un côté les modèles identiques. Rangez également les moins esthétiques à un endroit précis. Vous disposerez en dessous des meubles. Nous vous recommandons de les réserver pour les recoins. N’oubliez surtout pas les outils requis pour l’installation.
  • La pose collée commence toujours au niveau d’un mur. Exploitez à ce niveau de grandes lames auxquelles vous retirez leurs languettes. Cela réduira considérablement l’espacement entre le support et les plaques. Mettez-les dans le sens de la lumière. Concrètement, elles doivent rester perpendiculaires au mur de la fenêtre. Vous devez absolument prévoir un joint de dilatation avant la première rangée. Vous ne pouvez pas positionner des lames standards dans les recoins. Vous devez les découper après avoir pris minutieusement les mesures. Marquez les endroits à cisailler avec un crayon. Vous poursuivez l’installation de manière progressive. Vérifiez la stabilité au niveau de chaque ligne. Mettez suffisamment de colle pour une adhésion renforcée. Pour éviter tout détachement précoce de vos plaques, tapotez-les légèrement en vous servant d’une cale martyre et d’un maillet. Vous pouvez également poser des objets pesants comme un pot de fleurs ou un seau de colle sur les surfaces finalisées. Cela va considérablement renforcer leur fixation.
  • La dernière phase concerne les joints de dilatation, vous y mettez des cales en bois. Vous pouvez aussi utiliser des plinthes à clouer solidement.

Les différents schémas de pose de parquet

Les planchers en bois séduisent généralement par leur beauté et leur attractivité. Pour les rendre encore plus esthétiques, vous pouvez effectuer les agencements de manière spécifique. Vous pouvez les installer selon diverses configurations assez impressionnantes.

  • La pose à l’anglaise à joints perdus demeure le schéma le plus répandu. Les découpes de lame restent très limitées. Cela n’intervient qu’aux extrémités. Vous pouvez insérer les chutes dans les rangées suivantes. Tout le monde peut gérer ce type d’installation assez facilement.
  • La pose à l’anglaise en coupe de pierre s’apparente à une version du motif précédent. Les plaques affichent des largeurs et des longueurs identiques, sauf au niveau des bordures. Vous devez intervenir avec justesse pour éviter de perdre du temps.
  • La pose à la française présente quelques similitudes avec les variantes anglaises. Par contre, les largeurs des lames diffèrent.
  • La pose à bâtons rompus exige une attention soutenue. Vous devez couper les plaques avec une grande précision. Prenez également les mesures avec rigueur. Seuls les ouvriers professionnels et compétents parviennent à réaliser ce schéma. Celui-ci se retrouve généralement dans les appartements parisiens. Il semble dessiner une succession de magnifiques motifs en V. concrètement, vous disposez des lames de longueurs et de largeurs uniformes en angle droit. Cela vous permet de reproduire une configuration très attractive.
  • La pose en point de Hongrie représente une variante du schéma à bâtons rompus. Elle se démarque par une mise en œuvre plus simple. Les plaques prennent l’apparence d’un chevron après l’agencement.

Différents autres modèles existent. Vous apprécierez certainement l’échelle, la marqueterie, le damier, la mosaïque, la vannerie, la fougère, le Chantilly, etc. Peu importe le motif retenu, nous vous recommandons de bien l’étudier. Mesurez votre pièce et recourez à des simulations pour vous assurer que vous disposez suffisamment de lames pour terminer la pose.

 

 

PARTAGER
Nathalie
Femme au foyer et mère de 2 enfants, je passe mon temps à entretenir ma maison, et à la décorer. Retrouvez donc sur mon blog tous les conseils utiles pour avoir un beau chez-soi !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here