Pose de carrelage : Quelle est la procédure à suivre ?

0
131

La finition est la dernière étape des travaux de construction dont dépendent l’originalité et la beauté d’un logement. Mais, parmi les opérations liées à la finition, figure la pose de carrelage. C’est un revêtement des sols ou des murs avec les carreaux au moyen des bons outils de carrelage. Aujourd’hui, ce travail est la chose la mieux partagée. Le traçage des repères, la réalisation des joints de carrelage et du plan de pose ainsi que l’encollage des carreaux seront désormais des acquis pour vous. Le carrelage deviendra alors pour vous une tâche bien facile. Alors que la qualité de la finition dépend de la qualité du carrelage, maîtriser la procédure à suivre pour un bon carrelage devient impératif.

Comment procéder à la pose réussie de carrelage ?

L’optimisation de la pose de carrelage obéit à certains critères dont vous êtes appelé à vous familiariser si vous souhaitez réussir votre carrelage. Il s’agit d’une procédure simple et facile à maîtriser que nous pouvons décliner en des étapes.

La préparation du sol

Cette phase passe avant toutes les autres. Nous pouvons dire qu’elle est plus importante dans la mesure où la durabilité de l’ouvrage dépend en grande partie de sa réussite. Vous devez savoir qu’avant de commencer l’installation du carrelage, il est impératif de s’assurer que le support ne souffre d’aucune impréparation. En termes plus simplifiés, le support des carreaux doit être salubre, solide, mais aussi propre et bien sec pour un calepinage irréprochable.

En effet, un sol poussiéreux est fondamentalement défavorable à la fixation correcte de la colle. Il devient alors nécessaire de passer de l’aspirateur sur chaque support de carreaux dont vous disposez. Vous pouvez aussi choisir de gratter, frotter et de dégraisser ensuite avec des produits de type lessive. Mais, il n’est pas exclu que votre sol soit trop poreux. Dans ce cas, nous vous recommandons le passage en une couche du mortier-colle. Pour le réussir, il faut brosser le sol et le laisser étancher avant de poser les carreaux.

Enfin, vous devez garder à l’esprit que le revêtement d’une ancienne surface carrelée au moyen d’une colle particulière n’est pas impossible. Seulement, nous devons attirer votre attention sur un fait : l’altitude du sol remontant. C’est un détail que vous ne devez en aucun cas oublier.

La réalisation du plan de pose et le traçage des repères

Cette seconde phase fait appel à une importante question : comment installer le carrelage ? Nous devons rappeler que cette interrogation dépend de la réussite de la première étape, c’est-à-dire la bonne préparation de la surface à carreler. Il faut avouer que le plan de pose de carrelage exige une réflexion approfondie. Cette réflexion est indispensable et pour cause, le plan de pose permet d’avoir un dessin fréquent du sol. Il vous permet également de ne pas avoir des carreaux coupés sur les portions de surface en vue.

En effet, le plan de pose a pour objectif de définir l’agencement des carreaux de façon à obtenir un ouvrage esthétique. Il s’agit plus précisément de la manière dont les carrelages seront placés en fonction de la surface, de l’emplacement ainsi que du rangement des coupes. La réalisation du plan de pose consiste à tracer les axes de pose pour assurer l’alignement esthétique des carreaux. Généralement, on assiste au traçage de deux axes orthogonaux (perpendiculaires), et c’est en croisement de ces derniers que la pose de carrelage s’effectue. On parle donc de trois types de pose.

La pose dans les axes de la porte : Ce type de pose est en réalité le plus courant. Il se résume au traçage d’une ligne dans l’axe d’une porte. Après avoir tracé la ligne, on place à présent les carreaux dans tous les sens de l’axe. De ce fait, la pièce se trouve donc entièrement recouverte de carreaux.

Ensuite, vous pouvez tracer un deuxième axe de pose toujours orthogonal au premier. Ceci doit se faire à une distance bien déterminée de la porte qui correspond au nombre total de carreaux à poser. Mais, il faut a priori déterminer précisément la position du deuxième axe. Pour le faire, il vous suffira de poser les dalles à blanc sans oublier les croisillons.

La pose à partir de la partie centrale de la pièce : Ce type de pose intervient lorsque la surface du sol à carreler offre une visibilité. Ici, les fragments (fractions, coupes…) de carreaux deviennent indispensables pour le carrelage des périphéries de la surface du sol. 

Il faut avant tout identifier le centre de la pièce à carreler par traçage de deux lignes diagonales. Une fois que cela est fait, vous tracez un axe traversant le centre et orthogonal au mur de la porte principale. Vous devez ensuite tracer un deuxième axe traversant toujours le centre de la pièce et orthogonal au premier.

La pose au long du mur : Il suffit de vous référer à l’expression « au long du mur » pour vous rendre compte qu’ici, c’est la paroi qui doit être suivie. C’est une alternative plus simple, mais sans un rendu plus amélioré.

La phase de l’installation des carreaux

Vous savez combien cette étape est déterminante dans la procédure à suivre pour une pose réussie de carrelage. Il faut a priori avoir en idée la variation des paquets de carreaux afin de dissimuler les potentielles différences de couleurs. Mais, vous devez, avant d’installer du carrelage, préparer le mortier-colle. Cela consiste à malaxer une poudre à l’eau dans les limites des prescriptions du fabricant.

En ce qui concerne l’encollage, il faut dire qu’il consiste à aplatir le mortier-colle au moyen d’une truelle. Cela doit se faire au ras de la largeur futilement supérieure par rapport à la rangée des carreaux. Soulignons au passage qu’une rangée peut contenir 5 et 9 carreaux selon la surface et les mesures des carreaux. À ce niveau, intervient l’usage de spatule crantée visant à hachurer la couche de la glu afin de finaliser son épaisseur.

À noter que, pour des carreaux d’environ 25 cm de côté, une spatule de 6 ou 8 mm reste convenable. Aussi, devons-nous ajouter que la pose de carrelage est aujourd’hui à la portée de tous les portefeuilles grâce au prix de mètre carré très abordable. Quant aux spatules de grands formats, c’est-à-dire ayant comme mesure 30 x 30 cm, le double encollage est le plus approprié tant pour le sol que pour les carreaux. C’est très capital pour une pose réussie.

L’étape de la fixation des carreaux

Une chose est d’avoir les outils de carrelage de qualité, mais l’autre est d’avoir les yeux géométriques pour pouvoir bien fixer les carreaux. De toute façon, une chose reste évidente : la fixation d’un premier carreau conditionne tout le reste du travail.

Une autre évidence est que le premier carreau est posé à l’intersection des axes.

Dans ce cas, vous êtes tenu de soigner l’alignement sur les deux lignes. Alors, mieux vous positionnez le premier carreau, mieux vous optimisez la suite de vos travaux de carrelage. Surtout, n’oubliez pas de tapoter les carreaux avec le marteau en caoutchouc afin de mieux les immobiliser dans la colle.

Il ne vous reste maintenant qu’à repartir les croisillons au bout de chacun des angles du carreau. Ceci vous permet de devancer la surface du joint de carrelage. C’est à ce moment précis qu’il est idéal de poser le deuxième carreau suivant le même processus. Viendra ensuite le troisième carreau, et ainsi de suite. Continuez de cette manière jusqu’à recouvrir entièrement la première rangée des dalles. Et tout en faisant ce travail, vérifiez au moyen d’une règle de maçonnerie le nivellement de rangement d’ensemble.

Pour installer du carrelage dans les rangées suivantes, la tâche devient plus aisée. Disons que lorsque vous achevez la première rangée, vous aurez plus de facilité à couvrir plus de surface. Ainsi, répétez la même action jusqu’à ce qu’il ne reste aucun espace sans carreau dans la pièce à carreler. Et en évoluant, vous devez chaque fois contrôler l’horizontalité du sol avec un niveau à bulle avant l’assèchement total de la colle.

Veillez aussi à ce que le joint de carreau soit fréquent. Cela a pour avantage le meilleur alignement du carrelage. Les croisillons en plastiques sont les outils de carrelage recommandés à cet effet. Ils sont facilement disposables dans les angles des carreaux. Mais vous devez les enlever avant l’assèchement de la colle.

Savoir couper les carreaux

Quel que soit le choix des carreaux et même des outils de carrelage, vous aurez certainement besoin de couper les carreaux afin d’épouser les coins des pièces. Dans ce cas, il s’agira de placer un carreau sans glu au-dessus précisément du dernier carreau intégralement posé. Ensuite, vous placez une autre dalle que vous allez faire glisser jusqu’à 1 cm environ du mur. C’est justement à ce niveau que vous allez tracer la ligne repère sur le carrelage du dessous. Avec une coupe carreaux, découpez votre carreau en respectant le trait de repère. Vous pouvez à présent encoller le fragment de carreau pour le poser ensuite au sol. Dans tous les cas, il existe plusieurs types de découpe du carrelage avec des techniques assez faciles :

  • les coupes droites ;
  • les coupes en biais ;
  • les coupes d’angle.                     

La réalisation des joints de carrelage

Généralement, le mortier de joint est préparé après 24 h d’assèchement. Il faut donc laisser passer le temps nécessaire au séchage de la colle avant de commencer votre jointement. Remplissez bien les écartements entre les carreaux au moyen du joint sélectionné sur la base des couleurs et des exigences particulières. Dans de nombreux cas, le ciment a toujours servi de joint. Il est largement approprié à ce type d’usage. Alors, il apparait indispensable de l’étaler uniformément à travers l’étendue carrelée au moyen d’une spatule en caoutchouc conçue pour cette utilisation.

Prenez ensuite le soin de réaliser le scellage des joints au point de les remplir intégralement. Pour cela, travaillez en diagonale en fonction de l’orientation de la pose. N’oubliez pas d’enlever illico tous les déchets de joints à l’aide de la spatule tout en laissant un peu de voile sur les dalles. Le nettoyage du carrelage après la pose est aussi une phase non moins négligeable. Il peut commencer même après environ 15 minutes. Il est vrai que les carreaux seront encore moins secs, mais ils ne seront pas aussi trop humides.

La pose de carrelage est-elle aujourd’hui un travail accessible à tous ?

À l’instar de la plupart des revêtements, une pose réussie de carrelage nécessite une bonne méthode, de bons matériels et outils de carrelage. En effet, installer du carrelage ne vous met pas en face de réels obstacles. Tout ce que ce travail exige de vous n’est que minutie et ordre. Il faut alors faire l’effort d’être le plus méticuleux et le plus méthodique possible. Vous pouvez donc poser le carrelage à l’image d’un professionnel en seulement quelques étapes. Cela ne veut pas signifier que vous devez avoir la prétention d’avoir la connaissance dans ce domaine.

Lorsqu’il s’agit par exemple d’installer du carrelage en mosaïque, mieux vaut faire recours à un carreleur professionnel. Cela est gage d’une pose réussie et d’un meilleur résultat. En revanche, pour les carrelages ordinaires, vous pouvez sans doute vous en charger vous-même. Mais avant tout, choisissez le type de carreaux qui convient à votre goût. C’est l’exemple de la carrelette originale qui garantit une finition exceptionnelle aux constructions.        

Faisons l’inventaire des outils et matériels indispensables à la pose de carrelage

S’il est possible de désigner la maçonnerie par la truelle, alors ne serions-nous pas en droit de désigner le carrelage par le mortier de joint. En effet, il y a certains outils de travail qui sont spécifiquement liés à certaines activités. Il s’agit des instruments de travail de base dont dépend obligatoirement l’exercice d’un métier donné. Ce principe reste le même quand il s’agit de la pose de carrelage. Que vous soyez bricoleur ou professionnel, nombreux sont les outils de carrelage dont l’usage s’impose à vous si vous souhaitez installer du carrelage de qualité. Au nombre de ces outils et matériaux, on peut citer :

  • machine à couper le carreau ;
  • truelle ;
  • spatule crantée ou dentée ;
  • maillet en caoutchouc (permet de battre les carreaux sans les endommager) ;
  • mètre (instrument de mesure) ;
  • crayon gras ;
  • niveau à bulle important pour contrôler la planéité ;
  • règle et équerre de maçonnerie ;
  • cordeaux ;
  • raclette conçue en caoutchouc à joint ;
  • mortier-colle ou colle de classe C1 ou C2 de préférence ;
  • mortier de joint ;
  • croisillons pour les joints en fonction de la mesure souhaitée (pour l’espacement normal de 3 ou 5 mm entre les dalles des carreaux) ;
  • latte métallique longue d’au moins 2 m pour assurer le contrôle du nivellement ;
  • tenailles de carreleur ;
  • disqueuse ;
  • carreaux de dimension au choix ;
  • carrelette de qualité et de dimensions convenables.    

 Voilà autant d’outils et de matériaux qui entrent en ligne de compte dans la réalisation des travaux de carrelage. Ils sont associés à différentes techniques avec des avantages, mais aussi quelques inconvénients. 

Les critères d’optimisation du calepinage

Pour une pose réussie de carrelage, vous devez rester attentif à plusieurs points importants à savoir :

  • l’uniformité des joints sur l’ensemble de la surface carrelée ;
  • le principal axe d’une pièce qui est le trait référentiel essentiel des joints ;
  • les discontinuités qui ne doivent pas exister dans les parties les plus visibles ;
  • les découpes trop exiguës en fonction de la mesure des carreaux à éviter.  

Quelques erreurs à éviter dans la pose de carrelage

Beaucoup d’entrepreneurs et de promoteurs immobiliers préfèrent confier leurs travaux de carrelage aux professionnels. Il s’agit pour eux d’éviter certaines erreurs qui peuvent s’avérer préjudiciables à leurs constructions. Nous pouvons par exemple retenir comme erreurs :

  • le placement des carreaux sur une surface défectueuse ou non préparée ;
  • le choix de la colle selon la surface et le type de carrelage que vous souhaitez poser ;
  • la précipitation lors de la réalisation des joints ;
  • l’adoption de petits croisillons pour la dimension esthétique de votre ouvrage.

Il faut dire que ce secteur d’activité est en plein essor. Ce qui rend plus florissantes les entreprises de carrelage dont la création obéit à certaines conditions et étapes. Et peut-être que vous entrevoyez déjà créer votre propre entreprise de carrelage ! Vous pouvez alors vous faire aider par des organismes spécialisés dans ce domaine.

PARTAGER
Nathalie
Femme au foyer et mère de 2 enfants, je passe mon temps à entretenir ma maison, et à la décorer. Retrouvez donc sur mon blog tous les conseils utiles pour avoir un beau chez-soi !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here