Comment un faux plafond permet l’isolation phonique ?

0
45
faux plafond

Le faux plafond assure en principe un confort acoustique en isolant des nuisances sonores qui peuvent survenir entre deux pièces qui se trouvent l’une au-dessus de l’autre. En outre, cette méthode permet d’améliorer la spatialisation du son d’une pièce en réduisant le temps de réverbération.

Le bruit des pas ou le glissement des chaises de l’étage en raison d’une isolation sonore insuffisante fait pâtir bon nombre d’occupants d’appartement. Puisque les travaux de rénovation visant à réduire au maximum les décibels ne peuvent être imposés aux voisins, pourquoi ne pas se tourner vers l’installation d’un faux plafond acoustique ?  Découvrez comment cette technique favorise l’isolation phonique.

Faux plafond acoustique : pourquoi l’utiliser ?

Les faux plafonds pour isolation acoustique sont des structures très légères. Ils ne nécessitent pas de dépenses complémentaires. En outre, ils sont plus adaptés aux travaux de rénovation qu’aux nouvelles constructions.

De fait, le faux plafond ne fait qu’améliorer la performance acoustique du plancher sous-jacent. En effet, d’autres types d’isolation, comme celle des murs, sont des facteurs importants pour assurer une protection acoustique globale.

Toutefois, la pose d’un faux plafond permet de lutter contre les pollutions sonores. Mais avant de procéder à sa pose, il faut faire la différence entre les types de matériaux existant notamment les plafonds absorbants et isolants.

Le faux plafond absorbant

Ce type a pour but de rendre plus efficace l’acoustique des lieux en utilisant des matériaux perforés ou poreux. Toutefois, cette technique s’avère moins performante. La pose des pellicules derrière ces matériaux améliore la qualité sonore de la pièce.

Le faux plafond isolant

Quant à ce dernier, il contribue à optimiser le niveau de réduction des nuisances sonores aériennes du  toit porteur ou du plancher. Il s’agit d’un faux plafond clos permettant une absorption à faible fréquence du plénum.

Il faut noter que ces deux types de produits, notamment celui destiné à l’isolation et à l’absorption, peuvent être associés dans la plupart des cas. Cependant, il est préférable de choisir une seule solution.

Faux plafond acoustique : comment assurer l’isolation phonique ?

Pour assurer l’isolation phonique d’un plafond, il faut effectuer deux étapes. Premièrement, il faut poser la laine de semi-rigides sous et entre les solives qui forment la structure. Ce matériau isolant va offrir une double isolation non seulement phonique, mais aussi thermique.

Deuxièmement, des panneaux d’isolation acoustique renforcés doivent être utilisés pour le revêtement. Il faut aussi veiller à la mise en place de suspensions antivibratoires qui limitent la propagation des chocs.

Afin de parfaire l’isolation phonique du plancher, il peut être judicieux de prévoir un doublement du parement. Comme les propriétés acoustiques générales varient en fonction des éléments faibles, il faut éviter tout ce qui peut les affaiblir dans la paroi.

Faux plafond acoustique : comment faire le choix ?

La performance acoustique des faux plafonds est indiquée par le coefficient de qualité Rw. Cette valeur mérite une attention particulière.

Il faut noter que la performance sonore dépend du type de plancher. En effet, le fait de disposer d’un même faux plafond ne permet pas forcément de bénéficier d’améliorations identiques en termes d’isolation acoustique. De plus, sa capacité varie en fonction de sa structure, qu’elle soit plus légère ou lourde. Ces indices de performance sont issus des tests effectués dans les laboratoires.

Par ailleurs, les performances sont toujours moins bonnes dans le cas d’un plafond suspendu placé sur le chantier, à cause de raccords ou de détails peu soignés. De ce fait, pour être efficace il faut prendre en compte un certain critères notamment :

  • le mode de fixation
  • la hauteur du plénum
  • l’étanchéité à l’air
  • le remplissage.

Faux plafond acoustique : les différents modes de fixation

installation Faux plafond acoustique

La classification des faux plafonds acoustiques dépend de leur mode de fixation. À savoir :

  • les plafonds suspendus
  • les autoportants

Il faut noter que la qualité acoustique du faux plafond dépend de la résistance et du contact entre celui-ci et le sol qui le recouvre. Ainsi, une meilleure insonorisation est garantie par les autoportants.

Plafond suspendu

Pour insonoriser un plafond, il est possible de suspendre un faux plafond via des suspentes anti-vibratiles. Le compartiment qui se crée sera ensuite rempli de laine de verre insonorisante. En outre, les points de fixation forment un contact ponctuel ou linéaire pouvant entraîner la propagation du bruit. Pour atténuer ce risque, il faut considérer quelques aspects.

En fait, une ossature et un support à lattes réalisées en bois constituent une solution plus solide que la fixation sur des rails métalliques.  D’ailleurs, un lattis simple a plus de surface de contact linéaire qu’un lattage et contre lattage. En outre, une seule latte présente une surface plus importante en termes de contact linéaire que plusieurs contre-lattes

Autoportant

La pose d’un faux plafond autoportant constitue une autre solution plus efficace. Celui-ci étant dissocié du plafond, il ne transmet pas directement le bruit. Cela améliore ainsi l’isolation acoustique de l’appartement. Ce type de support est peu influent. Cependant, il faut limiter au maximum les contacts entre celui-ci et les structures adjacentes. Pour ce fait, il convient d’utiliser des bandes flexibles tout autour du support. En plus, un mastic de protection doit être appliqué entre le bardage et la paroi adjacente.

Lorsque le plafond est soumis à des surtensions élevées, la fixation du faux plafond à la plaque sus-jacente peut se révéler nécessaire. Pour cela, il faut utiliser des rails spéciaux dotés de système anti-vibration .

Faux plafond acoustique : autres critères essentielles

Hauteur du plénum

Une hauteur de plénum élevée par rapport au faux plafond permet de diminuer la fréquence limite du principe masse-retour-masse qui favorise une meilleure isolation phonique. Pour cette raison, dans le cas où l’objectif consiste à amortir les fréquences basses, il est préférable d’utiliser un plénum haut.

Remplissage

Le rembourrage des interstices situés entre le faux et le plafond à l’aide de produits absorbants comme les laines minérales assure une plus grande insonorisation. Le choix du type de matériau absorbant reste un facteur mineur, tout comme le remplissage total ou partiel de la cavité. Toutefois, cette technique absorbe le bruit des résonances qui proviennent de la cavité aux fréquences les plus élevées afin de réduire la pollution sonore.

Étanchéité à l’air

Le niveau d’étanchéité à l’air influe grandement sur les propriétés phoniques d’une maison. Les espaces, les jointures et les trous existant au plafond doivent être colmatés avec soin et de manière étanche.

PARTAGER

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here